Les disques durs de type SSD (Solid State Drive) sont de plus en plus abordables et accessibles. Quelles sont les différences avec les bons vieux disques durs conventionnels? Quels sont les avantages de convertir les ordinateurs à cette technologie? Voici quelques informations pour vous aider à comprendre tout ça.

 

Les différences entre les deux technologies

 

Disque dur conventionnel

 

Celui-ci est composé de plusieurs plateaux qui tournent à grande vitesse. Des têtes de lectures se déplacent sur la surface des plateaux pour lire l’information stockée.

 

Il y a 3 points importants à souligner avec cette technologie. Tout d’abord, les performances varient selon la vitesse du mécanisme parce que le disque est constitué de pièces mobiles qui se déplacent à l’intérieur d’un boitier scellé. Par conséquent, selon la qualité du disque dur, la vitesse d’exécution peut varier d’un composant à l’autre.

 

Ensuite, avec le temps, la fragmentation affecte les performances du disque dur. Ce phénomène a lui aussi une un lien avec le fait le composant est constitué de pièces mobiles. Lorsque l’on entrepose beaucoup de données sur un disque dur conventionnel, et que l’on efface, qu’on libère de l’espace et qu’on réutilise constamment l’espace, il vient un temps où le composant ne peut pas « écrire » de manière continu sur le disque. Il disperse alors les informations des mêmes fichiers dans divers endroits sur ses plateaux. Par conséquent, pour récupérer l’information, la tête de lecture devra se déplacer à plusieurs endroits sur les plateaux pour « lire » les données. Le rôle des utilitaires de défragmentation de disque est de tenter de mettre les blocs de données de manière ordonnée : cela permet de gagner un peu de vitesse.

 

Finalement, comme le disque dur conventionnel est « mécanique » (voir photo), les risques de défectuosités sont grands. Par exemple, vous vous dépêchez à fermer le couvercle de votre laptop et mettez celui-ci dans votre sac de transport brusquement alors que le disque dur est en train d’écrire des données. Soudainement, votre ordinateur produit des erreurs de disque. L’usure des pièces peut également faire que le mécanisme cesse de fonctionner.

Le disque dur conventionnel n'est pas sans rappeler vaguement les vieux disque vinyles avec ses plateaux et ses tête de lectures.

Le disque dur conventionnel n’est pas sans rappeler vaguement les vieux disque vinyles avec ses plateaux et ses tête de lectures.

Disque SSD

 

Le disque de type SSD palie les problèmes, car il n’a aucune pièce mobile. On peut le comparer à une clé USB ou à une carte mémoire de grande taille (voir photos).

Le disque dur SSD est de petite taille comparé aux disques conventionelle

Le disque dur SSD est de petite taille comparé aux disques conventionelle

L’intérieur d’un disque SSD contient des cellules de mémoires plutôt que des pièces mobiles comme le disque conventionnel

Par-contre, il ne faut pas croire que le disque SSD est immortel. En effet, même si celui-ci n’est en fait que des cellules de mémoires, il s’use quand même. Bref, il a une durée de vie limité. Par-contre, il est résistant aux chocs et aux déplacements.

 

La technologie SSD permet aussi de gagner en rapidité, car elle n’a aucune pièce mobile. La collecte des informations nécessaires au démarrage d’un logiciel, par exemple, est extrêmement rapide comparativement à un disque conventionnel.

 

De plus, la fragmentation des données n’a aucune incidence sur les performances parce que chaque cellule de mémoire est sollicitée en même temps. Donc, même si les blocs de données se situent un peu partout dans la mémoire, vous ne verrez aucune différence avec la vitesse d’accès.

 

Comparativement aux disques durs conventionnels, les désavantages des disques SSD se trouvent au niveau du rapport capacité de stockage/prix. En effet, les disques durs conventionnels offrent maintenant des capacités de stockage très élevées à des prix raisonnables, alors que les disques durs SSD coûtent plus cher pour des espaces moindres. C’est encore plus vrai lorsque le composant possède des capacités de 1 téraoctet ou plus.

 

Quelle est la bonne solution?

 

Avec la plupart des ordinateurs portables, vous devez faire un choix entre le disque dur conventionnel ou le disque SSD parce que vous n’avez pas d’espace pour plus d’un disque dans votre appareil.

 

En ce qui concerne les ordinateurs de bureau (tour), vous pouvez jouer avec les deux technologies, ce qui permet de ne pas sacrifier la vitesse ni l’espace de stockage. Par exemple, vous pouvez utiliser un disque dur SSD de 240 giga-octets sur lequel vous installez votre système d’exploitation (Windows ou Mac OS) et  tous vos logiciels. Ainsi, le démarrage de l’appareil sera à une vitesse optimale. Pour ce qui est de vos données (documents, photos, vidéo, musique, etc.), vous pouvez avoir un deuxième disque, conventionnel celui-là, d’une taille très élevé pour vous assurer de ne jamais manquer d’espace. De cette manière, vous avez le meilleur des deux mondes. Puisque votre tour ne se fait pas trimballer un peu partout, les risques de chocs sont pratiquement inexistants.

 

En conclusion

 

Avec le prix de la mémoire qui est toujours en chute, les disques de type SSD seront éventuellement plus volumineux, et ce, à des prix plus raisonnables. Un jour, ceux-ci prendront la place des disques conventionnels de manière définitive. En attendant, une installation hybride est une solution très intéressante.

 

Il faut garder en tête que, peu importe le type de disque que vous utilisez, la durée de vie n’est pas infinie. Vous devez donc vous discipliner à faire des copies de sauvegardes de vos données importantes.

 

Rédacteur : Jason Lévesque

Réviseur : Josée Marie-Lise Robillard