Nous avons tendance à faire aveuglément confiance à notre anti-virus pour protéger notre ordinateur et nos données. Depuis quelques jours, des révélations inquiétantes concernant l’anti-virus Kaspersky remet en perspective cette confiance en un logiciel qui, au bout du compte, contrôle tout ce qui est fait sur notre appareil.

 

Pour le moment, tout cela ne reste que conjectures et les sources demeurent floues puisque tout ça se passe au niveau des services secrets de 3 pays; Israël, la Russie et les États-Unis.

 

Selon les services secrets Israéliens, ils auraient réussi à pirater en 2015 la compagnie russe qui produit l’anti-virus Kaspersky. Ce qu’ils y ont découvert est que le logiciel créé par un ex militaire Russe aurait servi à espionner les services secrets américains en y introduisant des portes d’entrées.

 

Les anti-virus ont accès à tous les fichiers de votre ordinateur puisque vous l’utiliser pour scanner le contenu de votre disque dur à la recherche d’éventuels virus. Donc, si une entreprise mal intentionnée veut connaître et se procurer vos fichiers, quoi de plus facile que de passer par un anti-virus?

 

C’est exactement ce qui se serait passé selon les services secrets Israéliens. Un agent de la NSA (service secret américain) qui utilisait Kaspersky et qui stockait des documents top secret dans son PC (violation des règles) aurait fourni sans le savoir des informations aux services secrets Russes qui auraient utilisé Kaspersky comme porte d’entrée.

 

Le débat actuel est à savoir si le logiciel a volontairement été programmé avec ces entrées ou si les services secrets Russes ont piraté le logiciel pour l’utiliser comme porte de derrière.

 

Suis-je à risque?

 

Évidemment, les gens auront tendance à délaisser Kaspersky, voire à se dépêcher de changer de logiciel anti-virus. C’est une réaction tout à fait normale. Mais il ne faut pas non plus céder à la panique. Premièrement, je doute que vous ayez des secrets d’état qui piquerait l’intérêt des Russes dans votre ordinateur. Deuxièmement, malgré que l’affaire semble sérieuse et légitime, les journalistes qui la rapportent ne peuvent citer aucune source sous prétexte que ce sont des agents des services secrets Israéliens qui ont fait ces déclarations. On peut donc conclure que rien n’est confirmé à 100% pour le moment.

 

Par-contre, il ne serait pas mauvais de regarder les alternatives puisque si le logiciel est réellement programmé pour garder certaines portes ouvertes, cela veut dire que d’autres personnes mal intentionnées pourraient finir par y avoir accès.

 

Je vous invite donc à garder l’œil ouvert si vous êtes un utilisateur de Kaspersky et de suivre le développement de cette histoire jusqu’à ce qu’elle soit confirmée ou réfutée. Et de regarder les alternatives sans paniquer en matière de logiciel anti-virus.